Publié dans Non classé, Portraits

Rencontre avec Diane McNeele, écrivain

« Si j’avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi ; si je recule, tuez-moi »

Henri du Vergier comte de la ROCHEJAQUELEIN

 

Pouvez vous nous parler un peu de votre parcours ?

Quand j’avais 5 ans, j’ai demandé à maman « Comment on fait pour devenir écrivain ? ». elle m’a dit « Commence par faire un bac littéraire ». Chose faite. Après, j’ai fait un tour par le cinéma et l’audiovisuel, pour apprendre d’autres formes d’écriture. Le cinéma expérimental a été mon terrain d’expérimentation préféré. Des cinéastes comme Peter Bokanowski ou Maya Deren savent raconter quelque chose sans mots, ni structure. Chapeau.  J’ai été réalisatrice, et puis je me suis lancée dans l’entreprenariat dans le domaine du bien être. J’utilise beaucoup la méditation et le Yoga pour ressourcer ma créativité. J’ai réussi à terminer le 1er tome des Sentinelles de l’invisible en parallèle de cette activité.

Comment vous est venu ce projet ?

J’ai toujours aimé la nature. Aujourd’hui, je vis dans la maison de mon enfance : le jardin me semblait immense quand j’étais petite. Il était enchanteur le jour, et terrifiant la nuit. Je crois que la forêt d’Etheldrede a peut-être quelque chose de ce jardin. Il y avaient des lucioles, que je prenais pour des fées, et des ombres inquiétantes, à cause des branches d’arbres. La nature a toujours été importante pour moi. Trop de gens, ça m’épuise un peu, alors j’aime le calme d’un matin sous les arbres. J’ai eu l’expérience de vivre en afrique, où l’animisme est très présent, en lien avec la nature. À l’adolescence, je me suis intéressée à la wicca. J’ai fait quelques rituels, je trouvais ça fascinant de ne plus avoir besoin d’un prêtre pour se connecter à autre chose. Et un jour, en classe que j’écoutais très attentivement le prof de math je rêvais d’être ailleurs, j’ai eu l’image de cette fille, une adolescente pâle, pas très musclée, pas très belle, mais spéciale. Avec des pouvoirs magiques, et dont les magiciens plus âgés se méfiaient, ignorant si elle était leur sauveuse, ou leur malédiction. J’ai grandi en regardant  Willow, la Chair et le Sang, Invanhoe, Conan le barbare, Prince Vaillant (de Henri Hathaway avec Robert Wagner) en lisant les légendes du roi Arthur, je venais de terminer coup sur coup la biographie de Jeanne d’arc de Michel Peyramaure, les Brumes d’Avalon de Marion Zimmer Bradley et le Seigneur des Anneaux de Tolkien… Et je me suis toujours méfiée de la technologie. J’ai refusé jusqu’à mes 20 ans d’avoir un téléphone portable. (Si, si je vous jure). Alors de tout ce terreau plein d’Histoire, d’histoires, de légendes, peut-être une bonne dose d’anticléricalisme bien français, et l’ado forcément rebelle que j’étais, il est sorti cette saga, Mémoires d’Hizaion.

Quelles difficultés avez vous rencontrées ? (ou rencontrez vous toujours ? )

Parfois un peu de découragement et d’angoisse : comment et quand vais-je réussir à finir cette saga ? J’avais prévu 4 tomes, et finalement il y en a 5. Et puis j’ai l’idée d’une préquelle pour expliquer la naissance des sorcières rouges. J’espère qu’il m’arrivera pas la même chose que Robert Jordan, qui n’a pas pu finir lui même son cycle, la roue du temps. Parce que je crois que personne n’arrivera à déchiffrer mes notes en patte de mouches pour écrire la fin de l’histoire.

Qu’avez vous appris au travers de vos expériences ?

Certains écrivains vous diraient qu’ils apprennent sur le sujet qu’ils écrivent. Oui certes, je lis régulièrement science et vie pour trouver des idées originales puisque ma saga sur Hizaion comporte l’opposition entre magie et science. Mais j’en apprends sur moi. C’est très étrange de se réveiller et d’avoir une scène entière qui s’est déroulée dans la tête, de l’écrire, de la creuser, et puis tout d’un coup, de se dire… mais d’où ça sort ça ? Ha oui. Tiens.  Peut-être que ça fait écho à ça chez moi. J’ai aussi appris à observer les autres, sans juger. Même si c’est difficile. Très difficile. Il n’y a qu’à voir mon fil twitter où j’ai peut-être tendance à clasher facilement. Mais observer les gens, comprendre ce qui les motive, ce qui les pousse… Même des personnes qui vous semblent horribles, vous apprenez à voir à leur manière. C’est tout le talent de G R Martin qui vous fait pardonner à Cercei ses actes effroyables. J’espère un jour atteindre ce niveau. J’apprends et j’explore la nature humaine en permanence. Voilà mon sentiment.

Quelle est selon vous, votre plus belle réussite ?

De m’être enfin autorisée à m’y mettre à fond, à écrire tous les jours. C’est fou le barrières qu’on se met alors que c’est un truc que j’aime faire depuis toujours. C’est Robert McKee dans son séminaire Story qui le dit. 10 pages par jours sinon vous ne serez jamais un écrivain, quelqu’un qui sait écrire.

Quel(s) conseil(s) donneriez vous à quelqu’un qui souhaite se lancer dans ce type de projet ?

Faire une formation. Ne pensez pas que vous allez pondre un chef d’œuvre juste parce que vous êtes persuadé que votre idée est géniale, unique, originale. L’envie, l’audace ne suffisent pas. Tout le monde n’a pas la chance de faire des études de cinéma à la Sorbonne pour apprendre sur une année entière l’écriture de scénario, mais le séminaire de Robert McKee est très abordable financièrement et est très bien je trouve. D’ailleurs je pense le refaire encore une fois. Et puis comme le dit le Maître Robert McKee, écrire tous les jours. Même si vous pensez que c’est de la mouise. « Tout premier jet est de la merde ». C’est pas de moi, c’est de Hemingway. Alors plus d’excuse, ni de freins : écrivez, même vos pensées… ne perdez pas de temps à vous laisser bâillonner par votre ego qui a peur de tout, surtout d’être démasqué.

Une anecdote amusante à partager ?

On passe beaucoup de temps à regarder par la fenêtre, nous les écrivains. Qu’on soit au café, ou dans le train. Les autres pensent qu’on regarde par la fenêtre. Mais en fait non. Je vois une scène se dérouler devant mes yeux. Et  j’attends que les mots viennent. Parfois je murmure les dialogues, ou les bouts de phrase, parce que je cherche la fin naturelle du dialogue. Alors je fais un peu peur. Surtout si je suis habillée en noir. Alors là, les gens changent de place ! ^^J’ai eu un copain qui m’a surnommé Luna Lovegood, la fille un peu bizarre de Harry Potter. Après le côté pas marrant, c’est que du coup, je laisse les trucs cramer dans la poêle, dans le four… et comme j’adore manger, c’est très déplaisant. Du coup, je lance un casting pour trouver un chéri qui sache cuisiner ^^

Quels sont vos futurs projets ?

Bon, heu, trouver un chéri ? hi hi. Dans l’immédiat, publier et promouvoir ce deuxième tome des Mémoires d’Hizaion. Et puis enchaîner sur le troisième, car l’action se situera à Renova, dans la continuité directe du deuxième tome. Je développe aussi une série de vidéos sur l’univers d’Hizaion, pour créer un univers transmédia. J’ai déjà commencé avec instagram, je pense avoir trouvé une ligne directrice. Quelque chose qui soit en plus : un contenu que vous ne trouvez nulle part ailleurs, ni sur facebook, ni sur twitter, ni sur youtube. Les vidéos prennent un peu plus de temps à faire, mais ça va venir.

Avez vous envie d’ajouter quelque chose ?

Si vous voulez lire le premier chapitre du deuxième tome, c’est par ici : http://dianemcneele.com  Vous rentrez votre gentil email et vous avez accès à la suite. Je réponds toujours avec plaisir aux questions sur mon facebook. D’ailleurs, si vous êtes fan de fantasy, n’hésitez pas à m’ajouter pour débattre, partager, liker!

Bon heu, et s’il y a un beau viking aux yeux bleus non fumeur qui sait cuisiner, il peut aussi m’ajouter sur facebook ^^

 

N’hésitez pas à cliquer !

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s